Les Salles-sur-Verdon

L'histoire du barrage et la fin de l'ancien village

(Retour 1ère page | F.A.Q. | "nouveautés" | recherches | informations pratiques | choix d'une période | choix d'un thème)



Comment en est-on arrivé là ?
Graffitis sur la place des Salles, 02/01/1974


(d'après "Monographie des Salles-sur-Verdon", racontée par M. Simian François, ex-instituteur à l'Ecole Communale des Salles-sur-Verdon)

« L'idée du barrage n'est pas récente. Un syndicat de défense fut créé en 1930, il avait à sa tête M. Remusat ; à l'époque la "Société Schneider" projetait déjà de construire le barrage. Celui-ci était pour les Sallois comme une épée de Damoclès sur leur tête. On y croyait sans y croire et l'on n'osait rien entreprendre. Malgré tout, la vie continuait.

Au début, les Sallois ont manifesté violemment leur opposition en fermant leurs portes au nez des enquêteurs. Lors d'une réunion présidée par le Préfet, un magnétophone a été mis en place pour enregistrer les promesses. Malgré cela, EDF envoie aux Salles un ingénieur, M. Béranger, pour préparer l'implantation du mur. Comme ce dernier est propriétaire dans la commune, il peut donner des conseils, mais on ne l'écoutera pas. On met en place un syndicat de défense. On lutte, mais on sait très bien que le barrage se fera. Il n'est plus question d'être pour ou contre : l'important est de se grouper pour lutter efficacement contre EDF.

Le 6 janvier 1967, l'enquête parcellaire est annoncée. A partir de mars 1969, on creuse un canal de dérivation avec batardeau. Pendant l'enquête parcellaire, il y a désaccord sur les truffières, celles-ci sont implantées sur des terrains pauvres (landes). De plus, la truffe est une récolte qui n'est pas déclarée. Afin d'estimer ces terrains et la récolte, les enquêteurs suivent les propriétaires pendant celle-ci.

Au départ, l'eau devait monter jusqu'à la côte 500. L'île de Costebelle aurait été submergée ainsi que les villages de Bauduen et de Sainte-Croix. Il était question de reconstruire le village sur la commune d'Aiguines. En abaissant la côte à 482, on a pu l'implanter sur le plateau de Bocouenne, et on a sauvé les villages de Bauduen et Sainte-Croix mais les Sallois restent seuls pour lutter.

Pour réaliser le lotissement, il faut exproprier les propriétaires du plateau de Bocouenne. Ceux-ci sont mécontents d'être expropriés une seconde fois. Il le sont encore plus lorsqu'ils apprennent le prix fixé par la mairie pour l'évaluation des terrains. »


Cliquez ici pour voir les réunions qui ont eu lieu à cette époque.
Sur le site du nouveau village, plateau de Bocouenne, 17/02/70. Cliquez pour les réunions de l'époque
17/02/1970 : sur le site du nouveau village, plateau de Bocouenne (ci-dessus MM. Raymond Taxil, Gaston Bondil, Jean et Victor Gombert, Marie-Jeanne et Jean Thomas, Hubert Anot).


Création du nouveau syndicat de défense, 27/04/1970
27/04/1970 : création du nouveau syndicat de défense (ci-dessus MM. Victor Brunet, Raymond Amoulric, Rosé-Marc Signoret, Jean Amand, Edouard Le Bellegou et Paul Perrier).
« En mars 1970 commence l'achat des terrains par EDF. Il n'est pas question de permettre aux enquêteurs de pénétrer dans les maisons. Quand le syndicat permet de le faire, le mécontentement grandit et un nouveau syndicat voit le jour. Au lieu de lutter, de se serrer les coudes, les Sallois se sont divisés et cette situation a grandement facilité la tâche de la "puissante EDF". »


« Quelques petits propriétaires sont bien heureux de vendre au delà de leurs espérances une vieille maison ou un petit lopin de terre. Chacun a espoir de s'en tirer à meilleur compte que le voisin. Certains courtisent même les agents EDF dans l'espoir de mieux vendre. Adieu les bonnes résolutions. C'est le "chacun pour soi". Très peu de dossiers vont à l'expropriation.



Cliquez ici pour voir la pose de la première pierre du nouveau village des Salles, 26/07/1970
A cette époque, M. Gombert, maire du village, pose la première pierre du lotissement et met en vente les lots, cette vente sera annulée. »

(d'après "Monographie des Salles-sur-Verdon", racontée par M. Simian François, ex-instituteur à l'Ecole Communale des Salles-sur-Verdon)


Cliquez ici pour voir le détail de la pose de la première pierre du nouveau village.
« En mars 1971, le maire est battu aux élections municipales par un inconnu qui n'est pas électeur aux Salles, M. Charles "Rossely de Lorgues", qui se dit "Comte de Provence". M. Signoret et M. Perrier disent que c'est un homme qui peut beaucoup apporter aux Salles.

Si EDF reconnaît la reconstruction du village, elle ne prend pas à sa charge la reconstruction des maisons.

Toujours en 1971, on implante la route d'accès au village et on réalise l'alimentation en eau. On admet le principe de restitution de 4 litres seconde d'eau brute tirée dans le barrage, à la commune d'Aiguines contre 2 litres seconde d'eau potable tirée de la source de "Chardes". »

(d'après "Monographie des Salles-sur-Verdon", racontée par M. Simian François,
ex-instituteur à l'Ecole Communale des Salles-sur-Verdon)

En septembre 1971, c'est l'achat définitif des lots du nouveau village (1ère tranche).

Cliquez ici pour voir le détail de la réunion de répartition des lots du nouveau village.
Cliquez ici pour voir la répartition des lots du nouveau village, 11/09/1971


« De mai 1973 à août 1973, tous les résidents secondaires doivent libérer leurs maisons. Les résidents permanents le feront en janvier 1974. »

(d'après "Monographie des Salles-sur-Verdon", racontée par M. Simian François,
ex-instituteur à l'Ecole Communale des Salles-sur-Verdon)



Automne 1954. Entrée du village des Salles, route de Moustiers.
Entrée du village des Salles, route de Moustiers, 1954
Le site du village des Salles (route de Moustiers), 15/04/1974
15/04/1974.
Le site de l'ancien village des Salles, entrée du village par la route de Moustiers.


« Les maisons du vieux village ont été estimées avec un coefficient de vétusté de 75%, ce qui est injuste car EDF aurait dû rebâtir les maisons à tous ceux qui ont été expropriés et qui manifestaient le désir de s'installer au nouveau chef-lieu. Aussi, c'est dur d'entendre les touristes dire que EDF nous a construit de belles maisons, que nous n'avons pas perdu au change. »

(d'après "Monographie des Salles-sur-Verdon", racontée par M. Simian François,
ex-instituteur à l'Ecole Communale des Salles-sur-Verdon)

Le lac de Sainte-Croix.
Ce tas de pierres : l'ancien village des Salles.


Lac de Sainte-Croix, le site du village des Salles, 04/1974


Cliquez ici pour le détail de l'agonie de l'ancien village des Salles-sur-Verdon.






Si l'ancien village des Salles-sur-Verdon vous intéresse,
si vous avez des documents sur l'ancien village des Salles-sur-Verdon,
si vous avez des questions sur l'ancien village des Salles-sur-Verdon,
contactez-nous à l'adresse suivante :
contact@Les-Salles-sur-Verdon.com !


(Retour 1ère page, retour début de cette page)




.