(Retour 1ère page | F.A.Q. | 'nouveautés' | recherches | informations pratiques | choix d'une période | choix d'un thème)

Le forum des Salles-sur-Verdon
Le forum des Salles-sur-Verdon
Nom ou pseudonyme :
E-mail (facultatif) :
Message :
 

Veuillez copier ce code dans la case de droite : (à quoi ca sert ?)


Afficher uniquement les messages comportant le(s) mot(s) suivant(s) :

Messages : 11 à 20
Page : 2
Nombre de messages : 95
le 01/06/2015 à 19:09

(Suite)
Eglise, chapelle, Prieuré...cherchons à y voir clair! Bref, Nourrissons le débat et ne restons sur des imprécisions.
La chapelle à laquelle fait allusion l’animateur de Fréquence Mistral qui a interrogé l’auteure de l’ouvrage « La vallée des Salles avant le barrage » n’existait plus depuis longtemps. il y a dû y avoir confusion dans son esprit.
Ce qui est certain c’est que Les Salles a été un lieu de rencontre religieux ? Voici un résumé de la monographie de Monsieur François Simian : « Au début du XIIe siècle, la famille Moustiers possède Les Salles, elle est encore présente au milieu du XIIIe. En 1371, l'évêque de Riez y a juridiction. En 1380, il existe un prieuré de 2 moines, dépendant de St-Victor de Marseille, cette abbaye existe encore à la veille de la Révolution. »

Nous attendons ici un spécialiste du patrimoine qui aurait étudié la question et aurait la bonté de nous éclairer.
 
le 31/05/2015 à 12:17

Bonjour à tous,
Le 21 avril 2015 sur Fréquence Mistral ( e-lac-et-Pierre-Coste-C-est-a-dire-editions_a1242.html)
Madame Lucette Poncin auteur du livre « La vallée du Verdon avant le lac » est interrogée sur son ouvrage. A la 12ème minute environ au cours de cette interview l’animateur lit un passage de ce livre que je résume ici :
Il y avait deux églises dont une petite chapelle dédiée à la patronne du village, Sainte Anne, et située au cœur du village. Reconstruite au début du 17ème siècle, réparée dans les années 1779, agrandie et restaurée dans les années 1877, il ne restait de la construction primitive que la nef unique voutée et une porte plein cintre. Son chevet flanqué d’un clocher à plan carré était recouvert sans doute d’un toit à 4 pentes.
S’agissant d’une petite chapelle (et de plus il est bien écrit d'après l'animateur: il y avait 2 églises) je suppose qu’il ne peut pas s’agir de l’église paroissiale ? Qui pourrait nous donner des renseignements plus précis sur cette petite chapelle ? Existe-t-il des photos ?

Réponse du Webmestre : Bonjour M. Mariotti
Deux églises aux Salles, c'est une information qui est hors de portée de la mémoire de nos contemporains... Espérons qu'un contributeur nous apportera un élément de réponse.
(NB : pour une raison purement technique, le lien donné ci-dessus est reproduit de manière incorrecte. Pour y accéder, il faut copier celui-ci, puis supprimer l'espace intempestif qui se trouve entre le "l" et le "e";
le lien correct est "...avant-le-lac..."
et non "...avant-l e-lac...")
 
le 12/04/2015 à 21:26

La destruction d'un village comme Les Salles sur Verdon ne serait plus possible de nos jours sans déclencher un véritable tollé suivi d'une très forte mobilisation type Larzac... et c'est tant mieux !

Réponse du Webmestre : Pas sûr...
N'oublions pas le contexte : le besoin d'eau.
Les Sallois eux-mêmes s'étaient faits à l'idée de ce sacrifice.

En revanche les conditions dans lesquelles se sont déroulés ces événements sont très contestables (et il y a bien pire que ce qui est montré dans ces pages).
 
le 15/10/2014 à 18:41

MAGNIFIQUE... C'est émouvant de lire...
 
le 04/10/2014 à 16:03

Ce 28 Septembre 2014, sous la sombre canopée des Chênes Verts, notre route avait des allures de parcours initiatique en passant par Ampus et Vérignon, avant d’atteindre sous la bien belle lumière des reliefs du Montdenier et de Valensole, les rives du Lac de Sainte Croix aux Salles sur Verdon.
J’ai pressenti sans le comprendre que quelque chose allait se passer ces jours prochains. L’accueil dans le village des Salles par la petite sculpture en anamorphose du signe de la Paix m’a confirmé cette impression en renforçant l’interrogation ; nous ignorions cependant tout du site, du village et de son passé douloureux. J’en suis aujourd’hui d’autant plus peiné que l’année 1974 était pour Monique et moi une égoïste bien belle année. C’était celle de nos vingt ans, un peu musicos, un peu hippies…
Curieuses pourtant ces façades modernes en appareillages de moellons, cette petite fontaine qui semble venir d’ailleurs tout en donnant cette impression d’avoir toujours été là ?... étonnantes ces petites maisons blotties les unes contre les autres comme savaient le faire les anciens dans ces villages où le charme opère toujours.
Urbanistes de métier, nous sentons assez facilement l’ambiance des lieux, ses qualités, mais aussi les charges affectives que le passé y imprime parfois. La découverte de l’histoire du site, celle du village des origines et des paysages actuels s’est opérée à la manière d’une grande gifle qu’on n’attend pas vraiment et qui vous sèche la gorge pour ne laisser qu’un peu d’humidité au coin des yeux. Mais Stop… il y a déjà eu bien trop d’eau aux Salles sur Verdon.
Nous ne sommes pas détenteurs d’informations nouvelles à apporter à ce site Internet admirable, nous ne sommes que deux passants anonymes qui avons ressenti une grande émotion à la vue des maquettes exposées à l’Office de Tourisme et à la lecture de l’histoire de ces quatre dernières décennies.
L’horloge émaillée fabriquée dans notre Jura natal semble avoir définitivement figé ses aiguilles, les témoignages multiples vous font avoir un autre regard sur la surface du lac et les ombres de Sara et Léon ainsi que celles de Cécile et Gabriel, comme tant d’autres se promènent toujours dans les rues actuelles qu’elles partagent avec qui veut bien les partager.
Inutile de réécrire l’histoire, tout au plus, en accueillir une petite parcelle dans sa vie éloignée des heurs d’hier peut peut-être aider ceux qui savent pour en diminuer les douleurs encore présentes ? Une humble manière de rendre certains sacs à dos plus légers en partageant un peu le poids des souffrances ?
Mais pour ne pas laisser trop de place aux regrets mais et au contraire pour offrir quelques sourires de plus, je préfère continuer ces lignes avec ces quelques réflexions :

Il faut se rappeler que les eaux du lac ne sont jamais, dans leur belle couleur émeraude, que celles du Verdon, que cette petite rivière fut aussi très présente et peut-être très inhumaine il y a quelques millions d’années et a permis par l’érosion, de sculpter de bien belles falaises et aussi cette vallée magnifique où s’est implanté hier le village des Salles.
Le lac n’est pas responsable de la folie des hommes qui bien souvent saccagent la planète et ce qu’elle nous offre. Le plan d’eau est aussi un espace qui magnifie les paysages alentours, mais sous lequel se sont endormis des lieux longtemps partagés.
Les ingénieurs, ces êtres parfois stupides qui, sous de fallacieux prétextes de progrès, rasent et opèrent la «mise à plat» d’un village n’ont cependant pas réussi à faire se taire les pierres ! Un village n’est pas seulement un agglomérat de façades et d’espaces libres et collectifs. Toutes les pierres ont été un jour empoignées ; leur charge émotionnelle est palpable dans l’énergie de ceux qui les ont taillées, superposées. Même couchées dans les profondeurs, elles nous parlent encore aujourd’hui, il faut apprendre à les entendre.




La lumière d’hier filtre dans la jolie sculpture en fer rouillé près de la Place Saint Anne et apporte la sérénité dont le village et ses habitants ont toujours bien besoin aujourd’hui.
L’eau de la fontaine de la Place chante toujours sa même mélodie et la cloche résonne toujours en nous donnant la mesure du temps qui passe.
Merci à celles et à ceux qui témoignent et qui œuvrent pour que nos mémoires préservent l’essentiel : l’amour qui rassemble les êtres et qui lie les personnes aux espaces de notre Mère la Terre. Cette Terre et cette Eau constituent le patronyme que m’ont légué mes pères, peut être est-ce aussi pour cette raison que j’y suis sensible. Ces deux éléments nous offrent la fécondité et la vie, comment pourrait-on leur en vouloir ?
Un village est aussi un bien bel objet à l’échelle d’une communauté et avant de laisser la fin de ces lignes à Alfonse de Lamartine, je termine sur un détail désuet et un sourire qui me vient comme un supplément d’âme :
« Je suis bien heureux que le 28 Juillet soit à la fois celui de mon anniversaire (né en 1951) et celui de la fête du village des Salles sur Verdon ».
Christian Terr’eaux

« Objets inanimés, avez-vous donc une âme qui s’attache à notre âme et la force d’aimer ? »…
Alfonse de Lamartine

Réponse du Webmestre : Merci beaucoup pour votre appréciation, bravo pour ce magnifique texte...
...et bienvenue aux Salles sur Verdon, parmi "nos montagnes que peut voiler le brouillard de l'automne, et nos vallons que tapissera bientôt le givre du matin"... (merci Monsieur de Lamartine)
 
le 20/09/2014 à 21:44

Bonjour,
J'ai lu sur votre site que la résurgence de Fontaine l'Evêque avait été engloutie au fond du lac.
L'entrée de ce gouffre devait faire plusieurs mètres de diamètre, avec la pression du lac suivant la hauteur d'eau (1 bar/10m) comment peut-on être sûr aujourd'hui qu'une partie des eaux du lac ne se vidange pas par ce trou, comment EDF ont-il fait pour "sécuriser" une éventuelle inversion du courant.
Merci par avance pour votre réponse et encore bravo pour votre site.
Bien cordialement.
André

Réponse du Webmestre : Bonjour
Votre réflexion est judicieuse, et j'imagine que les ingénieurs de l'EDF ont eu le même raisonnement au cours des années 1960.
Le premier projet de ce qu'on a appelé le "grand lac" (côte 500) devait noyer le village de Bauduen, rendre celui de Sainte-Croix peu viable, et monter vers Moustiers-Ste-Marie au niveau du camping actuel.
La côte définitive retenue pour le lac aurait été la crainte que vous évoquez dans votre message. Pour plus d'informations techniques, je vous conseille de consulter l'EDF.
Merci pour votre appréciation, et désolé de ne pouvoir vous donner une information précise sur le sujet.
 
le 17/07/2014 à 04:37

Bonjour à tous,
Voici des nouvelles de Jean LACHAL ancien curé des Salles sur Verdon (curé vers la fin des années 60).
Jean Lachal qui résidait alors au presbytère d'Aiguines, était également le curé de la Paroisse du village des Salles sur Verdon. Il est né le 11 octobre 1925 en Haute Loire, a été ordonné prêtre à Marseille en 1965. Il est déchargé de ses fonctions de curé d'Ampus depuis octobre 2013 et il continuait à occuper le presbytère d'Ampus, son remplaçant étant le curé de Flayosc.
Le Blog d'Ampus "Le Toupin"
nous donne de ses nouvelles, à la rubrique "religion", en date du 10 juillet 2014:
"Le père Lachal a quitté le presbytère pour l’hôpital, puis a rejoint la maison de retraite de Salernes où il réside désormais. Il aurait bien voulu rester encore à Ampus mais son grand âge et son état de santé ne l'ont pas permis. C'est avec tristesse que les Ampusians ont appris son départ.
Le Toupin tient à remercier toutes les personnes qui lui sont venues en aide ces dernières semaines et plus particulièrement Cathy Garro qui s'est occupée des formalités et a accepté de continuer à s'occuper de lui, pour faciliter sa nouvelle vie qu'on souhaite la meilleure possible à Salernes."
Les anciens du village l'ont connu.
Cordialement,
Bernard Mariotti

Réponse du Webmestre : Bonjour M. Mariotti, et merci pour ces nouvelles du père Lachal. Les (rares) Sallois qui l'ont connu (et apprécié) ne manqueront pas de lui envoyer leurs salutations.
   
le 20/03/2013 à 20:00

Bonsoir
Je tenais à vous informer que le lac artificiel de Guerlédan (1923) situé en Bretagne, va être vidangé en 2015. Deux ans de préparation. Inutile de vous dire qu'une foule immense est attendue pendant 6 mois avec sans doute beaucoup d'émotion en revoyant cette vallée engloutie. Maintenant, imaginez la même chose, mais concernant le lac de Ste-Croix... Voici un lien d'un quotidien bien connu en Bretagne informant de cet événement de 2015. Bonne soirée...

www.letelegramme.com/ig/generales/regions/morbihan/lac-de-guer ledan-la-vidange-programmee-pour-2015-19-03-2013-2039506.php?utm_source=rss _telegramme&utm_medium=rss&utm_campaign=rss&xtor=RSS-25

(NB : du fait de la longueur du lien ci-dessus, il vous faut le copier et le coller dans la ligne d'adresse de votre navigateur)

Réponse du Webmestre : Merci pour cette information ...et désolé pour la validation tardive de votre msg, qui s'était perdu au milieu du "spam".

Il est certain que la (re)découverte de cette vallée bretonne engloutie sera certainement un épisode riche d'émotions. Difficile d'imaginer la même chose pour le lac de Ste-Croix... je vous rappelle que, à l'exception d'un monument historique et d'une tombe, rien -ABSOLUMENT RIEN- ne subsiste des constructions humaines sous la surface du lac.

Une tombe ?


Un monument historique ?
   
Messages : 11 à 20
Page : 2
Nombre de messages : 95